Point sur les expériences en contrat pro à mi-parcours

En mars dernier, l’ENSGTI a souhaité mesurer, à mi-parcours, la satisfaction de ses 10 élèves de 3ème année en contrat de professionnalisation, ceci dans une démarche d’amélioration continue du dispositif.

Un questionnaire leur a été soumis, permettant de faire le point sur leur motivation première, la recherche du contrat, sa réalisation, les éventuelles difficultés rencontrées ainsi que les points forts et points faibles de cette expérience.

Leur première motivation pour entreprendre une alternance était essentiellement l’acquisition d’expérience et le souhait d’entrer dans le monde du travail.

La moitié des élèves n’a pas rencontré de difficultés pour trouver ce contrat de professionnalisation, sachant que 6 d’entre eux ont répondu à une annonce ou ont réalisé une candidature spontanée, 30% y ont eu accès grâce à leur réseau personnel et 10% à l’occasion d’un forum.

En entreprise, 100% des élèves se sentent bien intégrés et ne rencontrent pas de difficulté dans le cadre de leur contrat pro.

Huit sondés assurent des missions en adéquation avec la formation d’ingénieur dispensée à l’ENSGTI. En ce qui concerne les 2 autres, l’un évolue dans un secteur très différent de ceux habituellement liés à l’école, l’autre est centré essentiellement sur de la QHSE.

À mi-parcours, les élèves en alternance estiment avoir l’opportunité de développer en entreprise la quasi-totalité des compétences que les élèves en formation initiale acquièrent via les cours à l’ENSGTI :

– appliquer les compétences scientifiques dans un environnement professionnel

– connaître et maîtriser les moyens modernes de communication

– être capable de s’intégrer dans une organisation, de l’animer et de la faire évoluer (via la gestion de projets, la gestion des ressources humaines, la gestion financière, commerciale et/ou juridique)

– connaître les méthodes de base de l’évaluation économique des procédés

Leur expérience en entreprise leur donne aussi l’occasion de développer des compétences en communication, conduite de réunion, QHSE… ils expérimentent concrètement le travail en équipe et apprennent à utiliser des logiciels spécifiques.

Pour la partie « école », 70% des élèves ne rencontrent pas de difficulté dans le cadre de leur contrat pro. Les autres soulignent surtout la charge importante de travail qui leur est demandée à l’école et qui leur est difficile d’assumer, notamment les projets de conception du fait du peu de disponibilité dont ils disposent.

Les points forts de l’alternance relevés par les interrogés ? : L’acquisition d’expérience, la constitution d’un réseau professionnel, une meilleure vision du travail en équipe et de la réalité du terrain, une aisance accrue à l’oral, le développement de nouvelles compétences techniques, une meilleure intégration en entreprise, des facilités pour une éventuelle embauche, l’enrichissement d’un CV, sans oublier la rémunération.

Ils soulignent néanmoins quelques freins : le rythme très soutenu à suivre, l’importante charge de travail et le poids financier non négligeable des trajets et des 2 logements pour ceux qui réalisent leur contrat de professionnalisation loin de Pau.

Malgré ces derniers points, 9 élèves sur 10 recommandent ce dispositif à leurs pairs, tout en soulignant à nouveau (et c’est l’argument de la dixième personne interrogée) la réalité de l’alternance, en terme de charge de travail. Avec, par ailleurs, leur expérience du télétravail (du fait de la crise sanitaire), ils ne sauraient être mieux préparés à la vie active qui les attend d’ici très peu de temps.

×