Maëllis BELNA
PhD Ing R&D chez Boccard
Promo 2017

Partir 4 mois en Espagne et 6 mois en Norvège n’est pas possible dans toutes les écoles !

En quoi consiste votre métier ?

Je suis dans l’équipe Alliance Technologique et Développement de la business unit « Food and Ingredients » de l’entreprise Boccard qui est un assemblier / équipementier industriel. Je travaille en transversal de l’avant projet jusqu’à la mise en service chez le client en appui au service de réalisation (test labo ; avis technique ; étude de faisabilité ; détermination des KPI…) pour les procédés de séparations (centrifugation, filtration, chromatographie …).

J’ai un deuxième volet orienté plus R&D avec la gestion de la thématique « Clean & optimize » qui tourne autour des datas, de l’intelligence artificielle au service de l’optimisation de process et des étapes de nettoyage.

Enfin, je gère les projets en partenariat avec les instituts de recherches et les universités avec lesquelles nous collaborons (ex: INRAE et Université de Rennes).

Quel a été votre parcours à la sortie de l’ENSGTI ?

J’ai effectué une thèse Cifre financée par Boccard au sein du laboratoire STLO de l’INRAE de Rennes. J’ai ainsi pu travailler pendant 3 ans sur l’optimisation du procédé de microfiltration de lait pour la séparation des protéines en couplant des approches de recueil de connaissances et d’optimisation multi objectif via des métaheuristiques … Avec à la clé le développement d’un logiciel d’optimisation de la microfiltration en cours de validation.

Pourquoi le choix de l’ENSGTI ?

Je suis passée par la Classe Préparatoire Intégrée de la Fédération Gay-Lussac et pour moi les écoles de procédés me semblaient être une évidence. Je dois bien avouer que la proximité avec la mer et la montagne m’ont bien aidé dans le choix de l’ENSGTI.

J’ai réalisé mon cursus en spécialité Génie des Procédés avec un stage de 2e année en Espagne à Tarragone (Thématique Optimisation / Analyse de cycle de vie). En 3ème année, j’ai profité d’un échange à Trondheim en Norvège (Projet de fin d’étude : CO2 capture with nanocellulose membranes) puis j’ai réalisé mon stage de fin d’étude en France, au CEA de Cadarache, sur la modélisation de la croissance de microalgues.

Qu’est-ce que vous a apporté la formation ?

Outre les bases scientifiques que je peux parfois réutiliser, j’insisterai sur la capacité à organiser le travail et à pouvoir travailler dans des domaines multidisciplinaires.

Que retenez-vous de vos études à l’ENSGTI ?

Même si finalement, peu de cours de l’ENSGTI me servent au quotidien, les méthodologies apportées via ces cours et la façon d’aborder/réfléchir sur un problème à résoudre me servent tous les jours !
La « petite » taille des promos est vraiment quelque chose d’important, on repart avec des « amis pour la vie » et la tête pleine de bons souvenirs.

Quels sont les points forts de l’ENSGTI ?

Des enseignants-chercheurs passionnés et une bonne ambiance de travail.
Un très bon réseau à l’international : partir 4 mois en Espagne et 6 mois en Norvège n’est pas possible dans toutes les écoles !

Quels conseils donneriez-vous aux élèves/futurs diplômés ?

Malgré le contexte sanitaire actuel, continuez à créer du lien au sein de votre promo, de l’école : demain vos camarades seront vos collègues, fournisseurs, clients, interlocuteurs … !

 

 

Retour aux témoignages